« C’est quand la prochaine fois qu’on se revoit? »

Le 23 mars 2013 allait commencer l’étape la plus difficile de ma courte vie. Mes amis & mon amoureux allaient partir à 500 km de moi. Ma mère étant déjà loin depuis quelques années, je suis restée seule entre quatre murs roses, avec 4 nouveaux colocs dont je n’aurai jamais su la langue maternelle, ni les noms.

À 19 ans, j’allais vivre difficultés monétaires, le transfert des bancs d’écoles à un emploi tantôt exceptionnel, tantôt angoissant et l’amour à distance.

“Je ne sais pas comment tu fais” fût la phrase que j’aurai entendue le plus souvent dans les deux années qui ont suivi. Et cette question ne s’appliquait ni aux 3 jobs que je combinais pour joindre les deux bouts, ni aux 6 déménagements que j’ai vécus en deux ans et pas plus à cette peur constante de faire trop de sacrifices pour quelque chose qui n’en valait peut-être pas la peine.

Rien de tout cela ne venait en tête à mes amis lorsqu’on me posait cette question.

Je revois le visage atteré de ma collègue, nouvellement confrontée à la distance elle aussi, qui me demandait comment je faisais pour maintenir une relation dans laquelle je pouvais parfois ne pas voir mon copain pendant 5 semaines.

La vérité, c’est que j’en tirais une certaine fierté. Je pouvais me promener la tête haute et me proclamer forte et indépendante. Je condamnais mes amies qui me laissaient en plan pour passer du temps en amoureux. Elles seront heureuses d’apprendre que cette époque est terminée, l’idée de passer une soirée seule à la maison sans lui m’attriste énormément. Mais on parlera du présent plus tard. Peut-être.

J’évite la question. Comment on a fait?

En fait, j’ai toujours eu peur d’y répondre. Notre recette s’appliquait à nous, à nos tempéraments, à ma passion, à mes besoins. Car j’aurai été égocentrique; c’est lui l’ange de l’histoire.

Un bon 2 ans de vie de couple avant la séparation m’a fait comprendre qu’il était de confiance et vice-versa. Également, à 20 ans, j’ai toujours soutenu que c’est important d’apprendre à se définir comme personne seule plutôt qu’en couple. Pendant 2 ans, on s’est laissés vivre. Il aura eu de multiples soirées pour foirer avec ses amis, pendant que je prenais mon expérience.

Pour moi, «Amour» ne rime pas nécessairement avec le besoin de voir l’autre constamment. Et j’ai accepté qu’il y a certaines choses sur lesquelles je n’avais pas, et n’aurai jamais le contrôle. Si celui que j’aime rencontre une autre fille et veut poursuivre avec elle, ça me brisera le cœur, mais je ferai mon possible pour lui souhaiter tout le bonheur du monde. Parce qu’il le mérite. Tout de même, à distance ou non, je fais tout ce que je peux pour lui donner le meilleur de moi-même. Le reste ne m’appartient pas.

Il y a un peu de tout ça, mais j’ai surtout eu la chance d’avoir un copain compréhensif. Il comprenait que j’avais besoin de prendre mon expérience en région et il a toujours respecté mes choix. Jamais il ne m’aura fait de crise pour ne pas l’avoir suivi, comme le plan initial l’aurait voulu.

Je sais que ça n’aurait pas marché avec n’importe qui d’autre. Notre recette s’applique à nous, à nos tempéraments, à ma passion, à mes besoins.

Et je suis tombée sur un ange.

Publicités

Une réflexion sur “« C’est quand la prochaine fois qu’on se revoit? »

  1. Je vous trouve tous les deux « matures » pour avoir réussi cette étape difficile. Et l’amour, survit, malgré les difficultés, vous en êtes un exemple…Bravo chers enfants!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s