Ça fait que j’ai démissionné pour la première fois de ma vie.

11083848_10203997745480031_6344844092749124450_n

Je suis le genre de fille qui n’abandonne pas.

Ça peut être une belle qualité, parce que ça me permet d’aller au bout de mes études ou d’un projet qui me tient à coeur et parce que je suis l’amie la plus loyale du monde, mais ça peut aussi me mettre dans le trouble. Comme m’accrocher à mes cours de violon même si j’aime pu ça, continuer de m’enfoncer dans une relation même si la personne n’a pas de respect pour moi, ou me rendre malade dans un travail que j’aime pas.

C’est ce qui est arrivé avec le Metro. C’est la seule « vraie job » de ma courte vie. J’y aurai passé trois ans et demi.

Trois ans et demi à rencontrer des gens incroyables, à me bâtir des amitiés solides au tournant d’une allée d’épicerie, à avoir de grosses conversations philosophiques en scannant du beurre de peanuts, mais aussi trois ans et demi à avoir une boule dans le ventre avant chaque shift, à me faire chiâler dessus par plusieurs clients par jour pour une histoire de trente sous, à être sur le pilote automatique durant de longues heures, à avoir pitié des clients alcooliques sans pouvoir rien faire, à courir à mes shifts après mes cours, à être formée à moitié et me stresser intensément pour quelque chose qui, au final, a vraiment pas d’importance.

Bref, il était temps que je parte. Tout mon entourage me le hurlait, mais je trouvais toujours de meilleurs arguments pour rester. En plus, ma belle gang de caissières était dissoute depuis longtemps, et je savais que mes amies qui y travaillaient toujours allaient rester dans ma vie de toute façon.

Il aura fallu que j’aille porter UN seul et unique C.V. et que je sois engagée par je ne sais quel miracle pour avoir le courage de partir. Et encore là, je me suis demandé si c’était possible de concilier les deux jobs.

Ça fait qu’à 22 ans, il y a deux semaines, j’ai démissionné pour la première fois de ma vie. Parce que j’étais rendue là, parce qu’il faut s’écouter. J’ai pris la peine d’écrire une belle lettre à ma boss, qui m’a d’ailleurs dit que si jamais j’en avais besoin, je pourrais la rappeler et revenir aussitôt au Metro.

Ça a été un soulagement quelques jours, mais j’ai fini par me faire la promesse de ne jamais y retourner.

Mes adieux sont faits, pour le meilleur ou pour le pire.

 

Publicités

4 réflexions sur “Ça fait que j’ai démissionné pour la première fois de ma vie.

  1. Ce n’est pas par « miracle » si tu as été engagée tout de suite, c’est parce que tu es bonne, intéressante, tu as fait une bonne entrevue et que justement tu es restée longtemps à ton autre place, toutes des très bonnes raisons pour ton futur employeur.

    Sur ce, je suis très fière de toi et je suis aussi fière que ma fille soit une personne persévérante, c’est une très belle qualité et tant mieux si j’ai réussi à te l’inculquer.

    Bravo et bien du plaisir dans ton nouvel emploi.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s