La reine des friendzonées

Moé dans vie, chu l’genre de fille qui se sacre pas mal de la longueur de son poil de d’sous d’bras pis qui préfère se caller du poulet Benny à la fin d’une grosse semaine au lieu de se féliciter à coup de quinoa extra bio pis de vinaigre de cidre pis de fudge avocat et chocolat noir dégueulasse (sorry, Marilou). Chu aussi le genre de fille qui dit esti pas mal souvent pis qui fume des tops back à back sur la terrasse du Sacrilège en été pis même en automne quand l’appel de la nicotine est trop fort.

Inutile de vous dire que chu aussi le genre de fille qui se fait friendzoner dans les cinq premières minutes. « Yo, moi c’est Mathieu, en passant, ton amie est pas mal fourrab’, tu m’as présentes-tu? » Pis là souvent je pars à rire, je fais les présentations, pis j’m’en retourne fumer une clope pour laisser passer la déception de tout le temps être celle qui est smatte pis drôle pis jamais celle que les dudes veulent se ramener le soir.

Je pense que j’ai dû me faire aborder plus souvent par des femmes que par des hommes au cours de la dernière année, pis encore, le ¾ des boys ont cassé la glace en me demandant si j’tais gouine pis en répliquant à mon « non » un peu bête un « han, j’tais certain que oui! Fac j’peux m’asseoir avec toi? » (lire ici : « j’peux-tu squatter ta table et ne pas te payer de bière pass chu trop cheap? »)

Même quand je m’achète des talons hauts fancy, mon chat pisse dessus parce qu’il est certain que c’est une grosse joke pis qu’anyway je les mettrai jamais. J’ai déjà essayé full souvent d’être fefille, de me beurrer la face de make up pis de mettre des robes pis d’avoir l’air distinguée en parlant des émotions que j’ai vécues en lisant Proust ou Miron, mais la vérité c’est que je trippe sur l’ébénisterie pis que j’aime ça avoir l’air de sortir de Woodstock 24/24 pis que je passerais ma vie à manger des gros steaks saignants sur le BBQ en écoutant Whole lotta love.

C’est un combat que je mène depuis que je suis kid, à savoir pourquoi chu pognée avec un vagin alors que mes frères pissent debout dans l’bois pis qu’ils ont pas besoin de se torcher avec des feuilles de rhubarbe, eux-autres. J’ai jamais compris pourquoi il faut absolument que les femmes soient toutes cutes pis délicates pis qu’elles soient plus petites que leurs chums pis dont ben tendres pis sentimentales. Sérieux, les vraies girlz sont tu toutes sensées tripper sur le Forever 21 pis sur les gels douche pas achetables du Lush?

En même temps je comprends que tout ce que je viens de dire, c’est pas full ragoûtant pour les mâles, mais j’avoue que je catche pas qu’aucun d’entre eux ne veuille de quelqu’un de vrai, d’authentique, de simple. D’une fille qui serait game de frencher même quand l’autre est enrhumé ben raide, d’une femme costaude capable de fendre du bois pis assez hot pour en faire un feu qui réchaufferait deux tits cœurs qui ont eu pas mal frette récemment.

Le pire, c’est que j’fais les best hot-dogs steamés. Vous savez pas c’que vous manquez, les boys.

Publicités

Une réflexion sur “La reine des friendzonées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s