Siffler en travaillant

DSC08653

Sais-tu ce que c’est que d’aimer sa job? Je veux dire, vraiment l’aimer. Pas la tolérer, pas ne pas la détester. Aimer sa job au point où ça te fait plaisir de régler ton réveille-matin. Même que des fois, tu y vas pas pour travailler. Juste pour faire un tour. Juste parce que ça te rend heureuse. Aimer sa job tellement que si tu pouvais, tu ferais les shifts de nuit et ceux de jour. Tous les jours.

Moi je sais. Ma plus belle histoire d’amour, c’est ma job. C’est les gens avec qui je travaille. Des personnes ayant un trouble du spectre de l’autisme, qu’on dit. TSA, pour faire court.

Je te raconte ma journée, tu comprendras mieux.

8h15. Matin pluvieux. Mon coco sort du taxi. «Vite! Il pleut à boire debout!» Je regrette immédiatement mes paroles. Il est à cran. Trop tard. J’ai utilisé une expression idiomatique. Il comprend ce que je veux dire, ce n’est pas le problème. Ce qu’il ne comprend pas, c’est pourquoi on ne dit pas les choses comme elles sont. Je sais, j’aurais dû lui dire qu’il pleut beaucoup. Plus simple. Plus logique. Il est fâché. «J’haïs ça. Pourquoi les adultes, vous utilisez toujours des expressions pas rapport?». Je me lance dans une explication douteuse. Parce qu’au fond, moi aussi je trouve ça un peu bizarre. Je lui dis qu’on ne boirait pas vraiment debout. Que c’est juste pour faire beau. Ou plutôt, c’est pour aider à se faire une image mentale. Il n’est pas convaincu. Il est songeur. Au moins, j’ai évité la crise, que je me dis. Il entre à l’intérieur, moins en colère. Plus perplexe. Silencieux. Mon explication est décevante. Je devrai la retravailler.

13h10. Échauffement avant la partie de ballon-quille. La chanson Somebody That I Used to Know passe à la radio. Mon coco se met à danser. Je le regarde, amusée. Il me voit le regarder. «Cette chanson-là me fait chaud dans mon coeur», qu’il me dit. Je me demande si j’ai bien entendu. Il voulait dire chaud au coeur, je sais bien. Je ne le reprends pas, c’est tellement plus mignon comme ça. Puis, en regardant dans mes yeux, «Est-ce que ça te fait des images dans ta tête quand je dis ça?». VICTOIRE! Il a compris. Mon explication était suffisante.

J’aurais voulu crier que oui, que j’avais tout plein d’images en tête. J’aurais voulu le serrer très fort en lui disant comme j’étais contente. Il aurait trouvé mon élan d’émotivité futile. De toute façon, ça me faisait trop chaud dans mon cœur pour dire quoi que ce soit. J’ai souri. Il a semblé satisfait. Un regard empli de fierté. On a réussi quelque chose aujourd’hui. C’est minime, presque rien. Ça changera pas sa vie, ça changera pas la mienne. Mais un peu quand même.

Ma job, c’est comme ça tous les jours. La spontanéité, la curiosité, le partage, les surprises. J’en suis tombée amoureuse. Et comme tout le monde qui est amoureux, je me souhaite de le rester toute ma vie.

Publicités

Une réflexion sur “Siffler en travaillant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s