La fois où j’ai voulu me mettre en forme (pis que j’ai faite fuck off)

C’était un lundi ben relax. La veille, j’avais mangé une pizza 12 pouces à moé tu seule avant de me coucher. Bref, un p’tit dimanche soir tranquille. Ça fait que là, on était lundi, pis j’m’étais acheté quelques jours plus tôt un abonnement illimité d’une semaine dans un centre de yoga chaud. Bon, le premier cours c’était pas pire, j’avais sué correct; le deuxième avait été un peu dull, genre «  on médite pis on envoie des pensées positives sur la terre (zzz) » pis là, me semble que je feelais pour de quoi de plus demandant. Ça fait que j’ouvre mon ordi, pis quecé que j’vois pas sur l’horaire : TRX. J’me suis dit que ça ressemblait à BMX comme nom d’activité (?) fec, fouillez-moé pourquoi, j’y suis allée.

D’entrée de jeu, mon suit de sport était pas glorieux. Vu que j’ai pas 50 piasses à investir dans des culottes qui moulent les fesses pis qui ont comme autre caractéristique de permettre au corps de respirer, ben moé j’t’arrivée là en jogging de BS. Ça fait que je rentre dans la salle chauffée à minimum 666 degrés pis je m’assois sur mon tit tapis avec mon look soirée-pyjama. Ouan.

Le boutte où j’ai commencé à vraiment me sentir comme une grosse truie, c’est quand des chix qui donnent des cours au même centre de yoga sont rentrées pour suivre la séance pis qu’elles se sont placées juste à côté de moi. Genre elles se réchauffaient en faisant la chandelle sur les bras pis en faisant une couple de centaines de push up en parlant de leurs smoothies.

Ça fait que là j’ai décidé de changer de place, je me suis mis derrière un monsieur fucking heavy (appelons-le Mario) qui devait être en planche depuis minimum une heure et pour qui la surabondance de sueur n’avait aucun secret. J’me suis dit : « bon, super stratégie Daph, en te plaçant derrière ce bonhomme-là, c’est clair que tu vas passer inaperçue hihihi ». Je me trouvais quand même pas pire bright jusqu’à ce que le prof (appelons le Ken) rentre pis qu’il m’annonce que moi pis Mario, ben on allait être en équipe pour les exercices. J’ai vu la détresse dans le regard de ce pauvre homme. Pour vrai.

Moi pendant ce temps-là, j’essaie de rester positive. Je me dis que bon, eille, au moins chus là pis que tant qu’à être là, ben j’vas me donner à fond. C’était avant de comprendre le concept du TRX. Quand le prof a parlé de push up, j’me suis un peu mis à badtripper. Moé, mon VRAI record de push up consécutifs, c’est 2. Mais l’orgueil c’est fort, ça fait que je me suis mise en position. J’étais sur le bord de battre ma meilleure performance à vie quand Mario m’a dit : « tu pourrais faire semblant de te forcer au moins ». J’étais quand même pas pire insultée. Faqu’au tour d’après, quand le prof disait que c’était le temps des push up, ben moé je me plaçais en planche à la place. Je regardais à terre pendant que mes abdos en arrachaient, je sentais ben que Ken me watchait pis que s’il avait pu, il aurait fait non de la tête en disant « pauvre fille ».

Après une demi-heure, le prof a callé la pause pis honnêtement si je m’étais écoutée, j’aurais sacré mon camp tu suite. Au lieu de ça, chus restée couchée sur mon tapis, à espérer que les haut-parleurs qui crachaient du Sum 41 depuis le début du cours pognent en feu inque par la force de ma pensée. C’est là qu’une chix vient me voir pour me dire : « ouin, t’as pas chaud avec tes joggings ? » Ça, ça s’appelle frapper sur quelqu’un de déjà à terre. Littéralement. Sérieux, j’fais pas assez pitié de même? Je sue ma vie en faisant la planche pis chus même pas capable de synchroniser mes bras pis mes jambes pendant les jumpings jack. Just leave me alone, plz.

Après ça j’pourrais vous parler du moment ben ben drôle où le prof a montré un exemple d’exercice pas réalisable pis qu’il a émis une espèce de grognement louche en disant : « ouin, sorry, chu pas mal sonore comme gars ». Bien sûr, toutes les filles se sont mises à rire pass que tsé, ça pouvait avoir un deuxième sens sexuel c’t’affaire-là, clin d’œil-clin d’œil hihihi (help me).

Ou ben du fait que quand je suis sortie de la douche, je pensais que le sac que j’avais apporté pour mettre ma serviette mouillée c’était un sac genre de chez Métro mais que finalement c’était un sac de poubelle, ce qui est venu fortement concrétiser mon allure globale de grosse dégueulasse pas de classe qui promène ses affaires dans des sacs à ordure.

Je me suis tellement sentie innocente en sortant du vestiaire que l’envie m’a pognée de me mettre debout sur une chaise pendant que tout le monde parlait des bienfaits de la séance avec Ken pour crier quelque chose comme « chus poche en TRX mais je pourrais vous parler de l’influence du baroque dans l’œuvre d’Aquin! », histoire de me sentir moins naze. Mais chu juste partie pas mal vite, pis comble de la marde, j’ai renversé le reste de ma bouteille d’eau à 3 piasses dans l’escalier.

Rendue dehors, j’me suis allumée une top pis j’t’allée m’acheter un latté. Fuck ça, être en forme.

Publicités

2 réflexions sur “La fois où j’ai voulu me mettre en forme (pis que j’ai faite fuck off)

  1. C’EST EXCELLENT.
    « D’entrée de jeu, mon suit de sport était pas glorieux. Vu que j’ai pas 50 piasses à investir dans des culottes qui moulent les fesses pis qui ont comme autre caractéristique de permettre au corps de respirer, ben moé j’t’arrivée là en jogging de BS. »
    Know your struggle. Même chose à mon zumba (ouan), j’me suis jamais fait regarder autant croche de toute ma vie! Maudite mode du beau linge de sport cher pis coloré.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s