BYEBYE MON COWBOY

Janvier. Peut-être que la tempête du retour était un signe qu'il aurait fallu voir.
Janvier. Peut-être que la tempête du retour était un signe qu’il aurait fallu voir.

Minuit, le premier janvier 2015, au Bingo Hochelaga.
Au beau milieu d’un rave, survoltée, de bonne humeur, je saute dans les bras de mon amoureux. Lui souhaite bonne année. En toute confiance. On s’aime, on est jeunes, on a un beau bébé lapin, on vient tout juste de déménager ensemble, qu’est-ce qui pourrait mal aller? Bon, c’est vrai qu’il travaille de nuit et qu’on s’ennuie, mais ça peut pas être pire. Non?

Ma dernière session d'université, aka la plus botchée de ma vie.
Février. Ma dernière session d’université, aka la plus botchée de ma vie.

Mon amour, je viens de passer une des pires années de ma vie, et je sais que toi aussi. Le drame est entré chez nous par la porte d’en-arrière, on n’a rien vu aller pis ça nous a pété dans ‘face. Je comprends pas comment on a pu laisser entrer ce tourbillon de négatif dans notre existence, où est-ce qu’on s’est perdus, comment on a pu lâcher prise sur tous les aspects de nos vies. C’est tough de vivre pour survivre, j’pense qu’on va s’en souvenir longtemps.

IMG_5338
Mars.

J’ai vraiment eu peur qu’on réussisse pas à se sauver, que la maladie mentale vienne à bout de nous. Nous, qui s’aimions encore si fort, qui faisions tout pour s’aider, qui avions l’esprit ouvert et cognions à toutes les portes pour recevoir le soutien dont on avait besoin. On s’laissait même pas couler, pis ça nous aurait tués pareil? Non.

J'ai gradué pareil! Merci à mon roman et à Neil Bissoondath, tsé.
Avril. J’ai gradué pareil! Merci à mon roman et à Neil Bissoondath, tsé.

J’ai tout laissé tomber. J’ai abandonné des responsabilités, des principes, des valeurs, l’harmonie de st-aug, mon journal intime, mon corps, tout. J’ai enduré des choses que j’pensais jamais endurer, j’ai consacré toute mon énergie à ton bien-être pis j’me faisais chier dessus régulièrement pareil, j’me suis perdue même si tout l’monde me disait de faire attention à ça. Chaque fois que j’pensais qu’on s’en sortait, c’était pire deux jours plus tard. J’ai perdu confiance en toi, en tes mains, en ton sourire.

Le printemps a pas ramené le bonheur, cette fois.
Mai. Le printemps a pas ramené le bonheur, cette fois.

Une chance qu’on s’aime, plus que plus que tout, et qu’il restait des moments doux. Une chance que j’suis résiliente (ça m’aura permis de me rendre compte de ça), une chance que j’ai des ressources insoupçonnées, une chance que j’suis positive et que j’suis capable de tout prendre sur mes épaules sans trop craquer.

IMG_6215
Juin.

Une chance qu’il y avait l’école pour me faire garder le cap. Ça fait vraiment nerd de dire ça, mais j’suis de même tsé: j’aime ça étudier, pis tant que j’tripe et que mes neurones bouillonnent en classe, ça va ben. D’ailleurs, une chance qu’y a eu l’arrivée de ma technique dans ma vie, et avec elle, une merveilleuse amie avec laquelle j’ai tout de suite connecté le temps d’un pichet. C’était le meilleur moment, même si j’ai manqué plus de cours que prévu, même si des fois j’arrivais en classe au bord des larmes. Au moins, j’me sens à ma place. J’apprends des nouvelles choses les yeux ronds et les oreilles grandes ouvertes. J’suis comme une éponge, j’absorbe tout, j’veux tout savoir. Ça doit être bon signe.

Un petit roadtrip qui s'est bien passé malgré tout!
Juillet. Un petit roadtrip qui s’est bien passé malgré tout!

Mais surtout, surtout (attention, ça va être ultra kitsch), une chance que j’ai les amis que j’ai. J’en ai pas une centaine, mais j’ai précisément ceux que je rêverais d’avoir si c’était pas le cas. UNE CHANCE qu’ils ont été là, qu’ils ont enduré mes déboires dans la salle de pause du Metro, ou mes larmes après un verre de trop, qu’ils ont accepté encore et encore de prendre un café de dernière minute avec moi parce que j’avais besoin de parler, qu’ils ont pris soin de moi réellement, qu’ils m’ont retextée même si j’avais pas répondu aux messages précédents, qu’ils ont respecté mon envie de me terrer pis d’arrêter de sortir. Je le savais déjà, mais ça a vraiment confirmé que je pourrais pas me passer d’eux. BIG LUV! Aussi, je peux pas passer sous silence l’implication incroyable de ma mère. Merci pour tout, encore.

Août.
Août.

J’suis restée moi pareil, tsé. J’ai peut-être perdu un peu de mon humour ou de l’éclat dans mes yeux, mais j’ai réussi à rester positive, à mener à terme des projets qui m’allumaient, à garder le cap. J’ai créé, découvert plein de choses, comme les cosmétiques naturels maison ou le zumba, j’ai réussi à créer des liens avec de nouvelles personnes, à vivre des nuits complètements folles malgré tout. On a eu un chat, t’as arrêté de travailler de nuit, on s’en va vers le positif.

Septembre. Gaspard le minet.
Septembre. Gaspard le minet.

Une chance qu’il y a eu les derniers jours. J’ai retrouvé confiance en toi, en tes mains, en ton sourire. Je nous retrouve pis c’est comme si je sortais ma tête de l’eau. Une chance que ça (nous) a rapprochés de tes parents. Ça aura vraiment été une année qui nous aura ébranlés du tout début jusqu’à la toute fin, mais là, il reste quelques heures à 2015, on s’en va festoyer avec nos amis, on s’aime. Je nous souhaite juste du beau, mon amour.

Octobre.
Octobre.

Pis à vous tous aussi, tsé!

Novembre.
Novembre.

Bonne année,
avec beaucoup d’amour,
Clo xx

Décembre. Ça va.
Décembre. Ça va aller.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s