Le 7e Art

L’autre jour, c’était la soirée des Oscars. Étant un mangeur de bobines (si on peut dévorer des livres, ça fonctionne aussi avec les films, non?), je me fais le devoir à chaque année d’écouter la plupart des films nominés qui m’intéressent. Ainsi, ça me permet d’apprécier encore plus la remise des statuettes. Parce qu’on va se le dire, ça reste quand même un gala de 3h30 de gens habillés chic qui remercient d’autres gens qu’on connaît pas. Voici donc le résumé/critique des films que j’ai vus avant ce fameux gala :

*SPOILERS INCOMING*

-The Revenant, film où Léonardo se fait éclater par un ours, se fait choker par sa crew des bois, rampe dans la neige trop souvent et se fait poursuivre par des méchants indiens … Bref, y’est dans la grosse merde tout au long du film. Y’a des longueurs, mais c’est filmé avec brio et ce, uniquement de la lumière naturelle (genre le Soleil). À voir ne serait-ce que pour admirer Dicaprio enfin oscarisé pour cette performance.

Mad Max, film où Max et Charlize se font poursuivre dans le désert par des méchants assoiffés d’eau et d’essence. J’ai rarement vu un film qui fait autant boum boum. Ça arrête juste jamais. La balade du désert fut jouissive pour mes yeux, mais à la fin j’étais essoufflé, donc je me suis pris une tisane à la camomille.

Bridge of Spies, film où Tom Hanks n’est pas du tout un espion sur un pont. Je m’attendais à un peu plus d’action de la part de Spielberg, mais il est resté plutôt dans un style sobre, mais très bien ficelé. On devine un peu comment ça va terminer, mais de voir Tom se démerder dans toute cette histoire, c’était chouette. Bon film, mais ça manquait de ninja.

The Martian, film où Matt Damon se retrouve comme Tom Hanks dans Cast Away, mais sur Mars… Et sans Wilson. Il fait pousser des patates, les mange et fait des mini roadtrips en mobilette-du-futur en écoutant du disco. C’est super accessible, difficile de ne pas aimer.

Steve Jobs. Histoire d’amour entre lui et une pomme. Ah, pis c’était un trou-de-cul, ce gars-là.

The Hateful Eight, dernier film de Tarantino. Au début, j’étais intimidé par le fait que le film se déroule uniquement dans une seule pièce, soit un chalet du Wyoming en pleine tempête de neige. Ma crainte s’est rapidement effacée par la puissance des dialogues. Comme tout bon Tarantino, il y a beaucoup de tension entre les 8 personnages et évidemment, ça finit dans un gros bain de sang. Un 3h de film qui passe vite. Le format 70 mm est bien exploité, et la musique composée par Morricone colle super bien à l’univers du film.

Ex machina, film où un roux est enfermé par un hipster scientifique, qui lui force de jaser avec une robot chix pour tester son IA. Le visuel est époustouflant, l’histoire est captivante. En dire trop vous ferait chier, donc je vais simplement vous conseiller de le voir. De la science-fiction minimaliste à son meilleur. Domhnall Gleeson (le roux) est une étoile montante.

Inside Out, le dernier bébé de Pixar. On plonge dans la tête d’une gamine pré-ado. Ses actions sont guidées par 5 émotions représentées par 5 personnages. C’est un film qui viendra rejoindre autant les grands, par la profondeur du scénario, que les petits, par les personnages charismatiques et les moments loufoques. Ils m’ont fait pleurer et rire autant que la fille. Du génie, encore une fois.

Sicario, film de Denis Villeneuve. On suit une sexy policière qui se fait niaiser par le FBI lors d’une mission visant à faire bobo aux méchants Mexicains qui font beaucoup de poudre. D’un réalisme cru et frappant. Le genre de film qui mérite d’être visionné une seconde fois, dû à la complexité du scénario.

Stars Wars, bon, vous l’avez sûrement vu, pas trop besoin de vous raconter l’histoire. De toute façon, j’avais l’impression de revoir l’épisode 4, mais avec un méchant aux oreilles décollées, un noir qui sue, une chix et une boule de soccer orange. Rien de surprenant, mais super entertaining. Le prochain risque d’être encore meilleur, car la table est mise.

Voici mes prochains visionnements :

Spotlight aka l’oscar du meilleur film. Ça raconte l’histoire d’une gang de journalistes qui tentent de montrer au grand jour que les prêtres mettaient des fois leur main dans les culottes des enfants… Ça risque d’être un film poignant (jeu de mot pédophile du mois: check).

Carol, film d’amour entre deux femmes dans les années 50. Deux filles qui se donnent des bisous coquins, ça ne peut pas être mauvais, non?

Room, histoire d’une mère et de son fils pognés dans une pièce. Ça doit être un peu comme dans The Hateful Eight, mais 6 personnages en moins et moins de têtes qui explosent.

The Danish Girl, film où Eddie Redmayne se déguise en fille… Et il aime ça!

Trumbo, juste parce que c’est Bryan Cranston, aka Walter White, qui joue le rôle principal.

Deadpool, parce que c’est Deadpool you know ?!

Vous, c’était quoi vos coups de cœur de films?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s