Élan d’amour dégoulinant

Je l’sais qu’on est bien ensemble. Aujourd’hui je le sais. Il fallait cette nuit de plus à se coucher à 5h du matin pour que je sois bien. Pour que je comprenne. On n’est pas capables de se fermer la gueule pis c’est parfait comme ça. J’t’ai dit que j’m’en foutais qu’y soit tard parce que j’aimais ça qu’on jase de même. Tu m’as fait remarquer que c’tait comme au début. Le début ça fait pas longtemps. Mais on est déjà pognés dans la vie, le manque de sommeil, les travaux le degré de perfection à atteindre la job pis les bus pis la bouette pis les yeux qui piquent le café en intraveineuse.

Notre nuit m’a fait du bien. Le passé prenait beaucoup de place, le respect aussi. On s’est écoutés, c’tait lourd mais on a rendu ça léger. On a été honnêtes, ouverts, drôles aussi. On avait fait l’amour, j’tais couchée tout’ nue sur le ventre dans ton lit, tu chiâlais parce qu’il était tout défait, si tu savais comme tes tocs me font du bien. Y’avait tes doigts dans le creux de mon dos, tes mains tellement douces que j’en redemande tout l’temps. Quand j’t’ai dit que si tu m’laissais faire je serais tellement plus collante, pis que tu m’as juste répondu que t’étais content que j’sois bien.

Quand on a réalisé qu’on est des humains équilibrés, tsé. Qu’on s’en ai fait péter, des coches, qu’on s’en ai fait mettre, du poids sur les épaules. Mais qu’à c’t’heure, cette bulle de simplicité dans ton lit, dans la nuit, nous fait du bien. Que même si on est lents, dans nos gestes, nos paroles, notre attachement, ça peut juste mener à de quoi de plus grand. Pas de boulets à nos pieds cette fois-ci. Juste du doux pis de la compréhension sans avoir toujours besoin de se parler. J’pense qu’on a un peu fait le pacte silencieux de garder ça simple, beau pis plein d’amour.

Quand tu m’as dit que tu comprenais pas pourquoi j’avais peur que tu te sauves soudainement, surtout que « t’es ma première blonde saine d’esprit ». Qu’avec toi, y’a pas de problème. Que t’es stable, tes émotions sont paisibles. Merci de me faire comprendre que moi aussi je peux m’accoter sur toi, un peu.

J’pense qu’on est rendus là dans notre vie.

Merci tellement de me faire vivre tout ça.

Même si des fois on est bizarres (genre quand on s’endort en cherchant le plus de mots qu’on connait qui commencent par « alu » pour aucune esti d’raison ou qu’on fait craquer nos orteils en choeur).

Merci de rire de moi tout l’temps, mais de me faire sentir que tu vas être là. Avec tes passions, tes manies bizarres, ta dépendance intermittente à la Monster. Pis juste être le tellement bon gars que t’es. Sain d’esprit pis toute.

Publicités

Une réflexion sur “Élan d’amour dégoulinant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s